A3 TROMBINOSCOPE 2016.indd

Chaque mois, La Gazette du Grand Paris donne la parole à ceux qui construisent la métropole. Cette semaine, Richard Ananian, adjoint au Maire d’Alfortville en charge de l’urbanisme et des services techniques évoque le chantier Nature en Seine à Alfortville, un ambitieux programme immobilier édifié en lieu et place des anciens bureaux et ateliers des services techniques de la ville.

Propos recueillis par Louis Delafon

Comment a été conçu le projet Nature en Seine?

A l’origine, à l’emplacement du projet, se situaient les bureaux et ateliers des services techniques de la ville. Ces bâtiments étaient très anciens si bien que le personnel n’arrivait pas à travailler correctement. Il a fallu les déménager dans des locaux plus adaptés. Nous avons mis en vente les terrains et les constructeurs Sogeprom et Cogedim nous ont contactés. Nous avons travaillé ensemble afin d’accoucher d’un projet immobilier. Il y avait à côté du site un grand hangar, une propriété privée, qui ne servait plus. Cogedim et Sogeprom l’ont acquise pour démarrer la première phase de construction. Nous leur avons cédé les terrains municipaux tout en travaillant avec eux sur le projet, en déterminant comment il allait s’articuler et s’harmoniser. Ce dernier va se dérouler en deux phases : La première, bientôt achevée, concerne les anciens terrains privés : 65 logements vont être livrés d’ici la fin d’année. La deuxième phase, sur les anciens terrains de la ville, s’articule en deux tranches de 120 logements chacune. Le début des travaux est prévu pour 2018 avec une livraison programmée pour 2020. Nous avons demandé à l’aménageur de disposer d’un espace qui soit une continuation, une ouverture à partir du square Jean Albert vers les quais de Seine. Il y aura un grand espace paysager piéton accessible à la population avec un plan d’eau, qui donnera un accès sur la Seine et son quai. Celui-ci, ouvert au public la journée sera néanmoins fermé la nuit afin d’éviter les nuisances nocturnes.

Un projet de cette dimension manquait-il à Alfortville?

On est à Alfortville en plein PRU et NPRU (Projet de Rénovation Urbaine et Nouveau Programme de Renouvellement Urbain, Ndlr), il y a beaucoup de projets immobiliers dans la ville. Dès qu’on en a la possibilité, nous faisons en sorte que les choses se fassent en harmonie. Nature en Seine est un projet urbain que nous avons voulu réaliser avec l’aménageur et avec l’architecte Michael Mastrandreas de manière à ce qu’il se développe en cohérence avec l’urbanisme de la ville. Nous avons ici du R+5 et R+4 avec des appartements comportant des terrasses où la vue sur les quais et le fleuve est imprenable. Cette gamme de standing est apparue à Alfortville il y a une petite dizaine d’années, il s’y construit de plus en plus d’immeubles de cette gamme.

Comptez-vous avec ces projets attirer des habitants plus aisés dans votre ville?

Oui en quelque sorte car nous avons un patrimoine de logements sociaux important et nous souhaitons d’avantage de mixité dans la ville. Aujourd’hui le logement social représente 37 à 38% du parc, ces logements sont cantonnés à certains quartiers seulement. Le NPRU nous a permis de faire des aménagements : nous avons détruit des barres et des tours, et avons disséminé du logement social un peu partout dans la ville, qu’il soit d’ailleurs en location ou en accession sociale. Les aménageurs privés permettent d’apporter une offre un peu plus appropriée pour les personnes qui ne prétendent pas au logement social. Alfortville attire dans les faits beaucoup de Parisiens : on est avec le RER  à 5 à 7 minutes du cœur de Paris. Ils sont attirés par des villes de proche banlieue comme les nôtres et notre service d’urbanisme, qui est bien étoffé, suit tous les aménagements privés.

Six étages destinés aux familles

Présentation PowerPoint

Avec Nature en Seine, Alfortville offrira très prochainement le long du quai Blanqui un programme de logements à proximité directe du fleuve. Réalisée par Cogedim, en co-promotion avec Sogeprom, la résidence proche des groupes scolaires et infrastructures sportives et culturelles de la ville vise principalement un public familial. Elle sera composée de six immeubles de six à sept étages avec commerces en rez-de-chaussée, et abritera en son cœur un grand jardin paysager agrémenté d’un bassin décoratif relié aux quais. L’architecture se veut contemporaine, en inspiration avec la proximité du fleuve, les derniers étages seront habillés de bois et coiffés d’une toiture en zinc à la manière d’une maison sur le toit.

image_pdf