Toutes les deux semaines, La Gazette de Grand Paris Développement raconte un des chantiers emblématiques de la Métropole. Pour ce numéro, zoom sur l’immense chantier de Clichy-Batignolles, incarné par le gratte-ciel du nouveau palais de Justice signé Renzo Piano.

Louis Delafon

Pour se rendre compte de l’ampleur de l’opération, il faut arpenter les allées du parc Martin Luther King. Ces 10 hectares de nouveaux espaces verts du 17e arrondissement de Paris sont bordés de part et d’autre d’immeubles d’un nouveau genre. Rien à voir avec les classiques haussmanniens : les bâtiments atteignent ici souvent les 50 mètres de hauteur et proposent des façades bariolées en rupture avec ce que l’on connaît à Paris. En quelques années, la capitale s’est doté d’un nouveau quartier de 54 hectares construit sur d’anciennes friches.

« La ville affiche depuis quinze  ans une volonté forte d’augmenter l’offre de logements. Il faut saisir les opportunités foncières là où nous pouvons le faire, c’est à dire aussi sur les friches ferroviaires », nous explique ainsi Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris en charge du logement, de l’habitat durable et de l’hébergement d’urgence. « Nous sommes convaincus que Paris n’est pas une ville finie qui aurait vocation à être plongée dans le formol. Il faut donner sa place à l’innovation architecturale dans la ville », exhorte-t-il.

Le-secteur-est-vu-du-parc-Martin-Luther-King-Sergio-Grazia

Quelque 3 400 logements, 140 000 m² de bureaux, 38 000 m² d’équipements publics et 31 000 m² de commerces et d’espaces de loisirs sont donc sortis de terre dans cette zone du nord-ouest de Paris. Objet d’une réflexion municipale au début de la première mandature Delanoë, le terrain devait accueillir le village olympique des Jeux de 2012. Mais la victoire de Londres a obligé Paris à trouver un nouveau destin au secteur.

Une mission confiée à l’urbaniste François Grether, à la paysagiste  Jacqueline Osty et au bureau technique OGI. « On peut considérer que l’aménagement du quartier est un succès parce que nous avons réussi à créer à cet emplacement un nouveau morceau de ville, exemplaire en termes de mixité sociale et de mixité fonctionnelle. Nous avons là 50% de logements sociaux,  30 % de logements en accession à la propriété et 20% logement intermédiaires, ce qui en fait un vrai quartier de mélanges ! » détaille Ian Brossat. Comme une micro-ville qui concentrera à terme en 2018 12 000 habitants et 12 700 emplois. Outre les logements de la partie est du quartier, des immeubles de bureaux longent à l’ouest les voies ferrées de la gare Saint-Lazare. Une passerelle et un pont ont été construits au dessus des voies pour faire le lien avec le reste de la ville. Sur la partie Nord, immanquable, se dresse le Palais de justice de Paris, gratte-ciel de 160 mètres conçu par Renzo Piano qui n’a pas encore été inauguré. L’ensemble du quartier sera desservi par deux futures stations de métro de la ligne 14 (Pont Cardinet et porte de Clichy) et le prolongement de la ligne T3 du tramway.

Une micro-ville de 12 000 habitants en 2018

Doté du label « écoquartier », Clichy-Batignolles est chauffé par géothermie. Une plate-forme de gestion énergétique va permettre de piloter, en temps réel, la consommation et la production de l’énergie des immeubles. Le parc, lui, fait la part belle à la biodiversité dans les espèces qu’il abrite. Mais cette qualité environnementale à un coût. à 11 000 euros le mètre carré, les logements en accession directe s’adressent à une clientèle très aisée. 

Droits photos : Sergio Grazia

image_pdf