Le plan « Végétalisons la ville » de la mairie de Paris entend, d’ici à 2020, planter 30.000 nouveaux arbres, ajouter 30 ha de jardins publics aux 500 existants et créer 100 ha de murs et de toits végétalisés dans la capitale. Cette politique a pour objectif de préserver la biodiversité et de lutter contre le dérèglement climatique en réduisant les « îlots de chaleur ». Mais les opposants à ces programmes s’alarment d’une possible dénaturation du Paris historique.

Propos recueillis par Sylvie Roman

« Une révolution culturelle s’impose »

POUR. Pénélope Komitès, adjointe PS à la mairie de Paris, chargée des espace verts, de la nature et de la biodiversité.

Paris a lancé, dès 2014, l’opération Végétalisons la ville, qui se décline en divers projets dont beaucoup s’appuient sur les habitants. Pourquoi ?

Ces opérations s’inscrivent dans notre programme général et seront déclinées tout au long de la mandature. Nous avons pour ambition de redimensionner la place de la nature en ville, avec 30 ha d’espaces verts supplémentaires ouverts au public, de nouveaux jardins partagés, la rénovation de parcs et jardins, la création de rues végétales, des permis de végétaliser, etc. C’est un ensemble. Et d’ailleurs, dès le lancement du premier appel à projets, « Du Vert », les Parisiens ont plébiscité notre initiative, avec plus de 1.000 dossiers reçus pour seulement 205 projets retenus. C’est la preuve de la prise de conscience des habitants de l’importance de la nature, y compris en ville…

« La ville, c’est avant tout du minéral »

CONTRE. Didier Rykner, historien de l’art et directeur de La Tribune de l’Art

Quels sont vos arguments pour justifier votre opposition au programme de végétalisation de Paris ?

En tant qu’historien de l’art, Parisien d’origine et habitant, j’y suis clairement opposé ! Pour moi, les rues et le bâti font partie intégrante du patrimoine parisien, au même titre que les monuments qui s’y trouvent, c’est un tout. La ville c’est avant tout du minéral. Et ce que la mairie appelle un « plan de végétalisation » est une tartuferie ! …

Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

image_pdf