À 38 ans, le fougueux porte-parole d’EELV et conseiller régional d’Île-de-France brigue l’investiture des écologistes pour les municipales à Paris face au président du groupe EELV au conseil de Paris, David Belliard. Pour l’ancienne figure médiatique de l’association Jeudi noir, être « élu et militant est un pléonasme ».

Vincent Michelon

Les cheveux toujours en bataille, la bonhomie et le verbe facile. Plus d’une décennie après Génération précaire et Jeudi noir, il a gardé l’allure un brin romantique d’un Robin des Bois. Neuf ans à siéger au conseil régional d’Île-de-France et six ans au porte-parolat d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) n’y ont rien fait : à 38 ans, Julien Bayou ressemble toujours à l’activiste des années 2000, avocat des squatteurs, expert en agit-prop et porte-voix des stagiaires sous-payés. « Chez nous, les écolos, élu et militant, c’est un pléonasme », claironne celui qui s’affichait encore, ces derniers jours, à la « Marche du siècle » pour le climat, battait le pavé contre les expulsions locatives ou encore contre la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry- sur-Seine (94)… entre deux passages télé pour défendre les chances des Verts aux élections européennes.

Mais les happenings militants ont pris une autre teinte. L’hyperactif de l’activisme a annoncé, fin 2018, qu’il briguait l’investiture des écologistes pour les municipales de 2020 à Paris, « en tandem » avec Antoinette Guhl, adjointe
d’Anne Hidalgo chargée de l’économie sociale et solidaire. Une candidature précoce motivée, dit-il, par le timing.: sitôt les européennes passées, les comptes de campagne devront être prêts en vue des municipales. Les sondages le créditent de 10 à 12%. Un bon début pour l’ex-candidat aux législatives. Ce dernier était déjà arrivé en troisième position (12,3%), en juin 2017, dans la circonscription remportée par Benjamin Griveaux, potentiel candidat LREM à la mairie de Paris. « La bataille est très ouverte », croit savoir celui que les écolos devront départager début juin avec David Belliard, chef de file des élus EELV au conseil de Paris. « LREM s’affaiblit, la droite est en difficulté. » Anne Hidalgo ? Une alliée possible, mais de préférence au second plan, car, martèle le candidat, le prochain maire de Paris « doit être écologiste ». Ce qui ne l’empêche pas d’envisager des alliances.

Droits photo : © Droits Réservés
Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

image_pdf