C’est l’annonce la plus probable que devrait faire Emmanuel Macron, fidèle à sa promesse de campagne. Pour simplifier le mille-feuille territorial, les trois départements de petite couronne —5 milliards d’euros de budget et 20 000 agents au total—devraient disparaître au profit de la Métropole. Une mesure justifiée par le fait que la MGP épouse globalement les limites des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis, sans oublier Paris. Ainsi, seuls quatre échelons territoriaux seraient maintenus, et se partageraient les compétences départementales : les communes, les onze établissements Publics territoriaux (intercommunalités regroupant chacune 7 à 24 communes), la Métropole et la Région.

Thibaut Sardier

Si Patrick Ollier, président de la MGP et Anne Hidalgo, maire de Paris, ne sont pas opposés au projet, la colère est forte du côté des conseils généraux. La promesse d’une meilleure répartition des moyens entre les Hauts-de-Seine et ses deux voisins ne convainc pas les présidents des départements. Stéphane Troussel, président (PS) du conseil général de Seine-Saint-Denis considère que les EPT maintiendront un cloisonnement peu propice à la solidarité territoriale. Son homologue du Val-de-Marne, Christian Favier (FDG-PCF), s’inquiète du maintien des actions de solidarité : les dépenses sociales (RSA, handicap, enfance, etc.) constituent l’essentiel des budgets départementaux. « Qui va s’occuper des personnes âgées, de l’aide sociale à l’enfance, si les département disparaissent ? »,  demandait-il dans Le Monde, le 6 octobre dernier.

Enfin, dans les Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian insiste sur un risque de marginalisation des départements de grande couronne vis-à-vis de la Métropole. Il a ainsi lancé en 2016, avec le président du conseil général des Yvelines Pierre Bédier, un projet de fusion des deux départements, justifié par la cohérence territoriale et par la possibilité de diminuer les coûts de fonctionnement. Une idée destinée à contrecarrer les plans de l’exécutif, qui ne compte visiblement pas intégrer le vaste département de grande couronne à la MGP. En bref, la peur d’une métropole des riches mobilise les critiques pour sauver les départements.

image_pdf