Quelle conception du « vivre ensemble » dans les territoires?

La Gouvernance, thème du nouveau cycle de conférences organisé par  L’Institut de la Gouvernance territoriale et de la décentralisation.

En tête d’affiche, pour la conférence inaugurale qui s’est tenue mercredi 21 mai, Pierre-Hubert Gouttiere, 1er Grand Maître adjoint au Grand Orient de France.

La République est en danger

Devant une assistance studieuse, Pierre-Hubert Gouttierre a dressé un constat sévère et implacable: la société serait menacée par un communautarisme rampant et un retour du fait religieux dans la sphère publique. La neutralité de l’Etat, garantie par la Loi de 1905,  et son action, s’en trouvent fragilisées.

Chantre de la laïcité

Une fois le décor planté, il s’agit de trouver des responsables. L’Europe « évidemment ». Elle a largement contribué à la « désagrégation » du vivre-ensemble. Les partis politiques surtout, de droite comme de gauche, qui se sont succédés. Incapables, selon lui, de mettre en place des politiques adéquates pour intégrer les populations musulmanes qui « ont immigré massivement » au cours des dernières décennies…

L’étanchéité entre sphère publique et sphère privée est la seule issue. Avec force et conviction, Pierre-Hubert Gouttierre a rappelé son attachement aux principes de laïcité, qui semble être la pierre philosophale du vivre-ensemble dans notre société. Et d’enfoncer le clou, en s’élevant contre toute immixtion du spirituel dans le temporel.

Tout en prenant soin de rappeler que la laïcité ne s’oppose pas aux religions, le conférencier a prôné une fermeté des pouvoirs publics quant à l’application de ses principes dans la sphère publique.

Quelques remarques et suggestions polies et peu de questions sont venues clore cette première conférence.

 

Pour connaitre le programme du cycle de conférences:

www.idecentralisation.asso.fr

 

 

 

 

 

image_pdf