Le Grand Tel-Aviv, une métropole en manque de coordination

Alors que le gouvernement israélien qualifie la ville et son agglomération de « cœur économique » du pays, la gouvernance métropolitaine est en panne. Ce qui n’empêche pas la mise en place de grands projets, parfois futuristes, liés aux transports.

Le Grand Tel-Aviv ne brille pas par sa cohésion. Délimité au nord par la ville de Herzliya, à l’est par Petah Tikva et au sud par Rehovot, l’aire métropolitaine de Tel-Aviv, baptisée Gush Dan, compte près de 3,5 millions d’habitants et plus de 250 localités. Deuxième ville du pays en population derrière Jérusalem, Tel-Aviv (400.000 habitants) forme avec sa conurbation le centre économique du pays. La position dominante de la ville dans l’économie globale lui permet de se tenir à l’écart de nombreuses thématiques régionales.

« Le centre de l’aire métropolitaine de Tel-Aviv est tellement puissant en Israël que la coopération économique n’y est pas vitale, contrairement à la périphérie, affirme Eran Razin, directeur de l’Institut des études urbaines et régionales de l’Université hébraïque de Jérusalem. Il y a plus de compétition et de conflits que de coordination…

Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement.

image_pdf