Coliving, espaces partagés, appartements construits sur-mesure… À l’heure de l’économie du partage, plusieurs start-up tentent de réinventer le logement individuel en appartement, loin de l’habitat formaté. Une solution au boom des prix de l’immobilier dans la zone dense ?
Alexis Boisselier

Habiterons-nous demain de la même façon qu’aujourd’hui ? Alors que l’économie du partage et le développement des plateformes, comme Uber ou Airbnb, sont en plein essor, les modes de consommation sont amenés à évoluer, y compris dans l’immobilier. Dans le Grand Paris, où la demande est forte, les choses pourraient aller encore plus vite. Face aux prix du mètre carré parfois extravagants, la solution pourrait être… de partager pour économiser. Un nouveau concept a ainsi fait son apparition : le coliving. L’idée de départ n’a rien de neuf : la colocation existe depuis de nombreuses années, mais elle semble prendre une nouvelle dimension. Selon une étude de l’institut CSA en 2015, un français sur six disait avoir déjà vécu en colocation. Ce chiffre montait jusqu’à 31 % chez les 18-24 ans. Longtemps, la démarche était associée aux étudiants, mais l’étude révèle qu’une majorité sont en fait des actifs (54 %). Suivent les étudiants (45 %) et les retraités (1 %) qui restent très minoritaires malgré le développement de la colocation intergénérationnelle.

Coliving plutôt que coloc’

Permettant d’occuper un plus grand espace ou un appartement mieux situé à moindre prix, la colocation a néanmoins ses inconvénients. Partager sa salle de bain ou se répartir les tâches ménagères peut être source de conflit. Pour y faire face, la société Colonies, lancée il y a un an et demi, veut améliorer l’expérience de la vie en communauté. C’est là que le terme de colocation disparaît pour celui de « coliving ». « En colocation, les gens ont une chambre, mais partagent les espaces comme la salle de bain ou la cuisine, alors qu’en coliving, chaque per-sonne a une unité indépendante avec sa chambre, sa salle de bain et une petite cuisine », explique Olivier Roth, l’un des trois associés, avant de poursuivre …

Droit photo: © Laisné Roussel architectes (L’atelier de l’Arsenal, le projet pour la place Mazas (12e), à la jonction de la Seine et du bassin de l’Arsenal)

Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

image_pdf