La liaison directe entre Paris et Roissy Charles de Gaulle cherche toujours les bons rails

Guillaume Pepy, Pierre Mon-gin et Hubert du Mesnil, respectivement présidents de la SNCF, de la RATP et de RFF, se sont rencontrés ce prin-temps pour relancer le projet CDG Express, en partena-riat avec Aéroports de Paris (ADP). C’est ce que révélait le site challenges.fr le 15 mai dernier. Dans le contexte d’une vieille idée que l’on croit parfois morte, parfois ressuscitée, cela pourrait te-nir lieu d’exclusivité. En fait, CDG Express n’a jamais été enterré, et les quatre entre-prises précédemment citées sont depuis le début acteurs du projet.

Tout commence en 1995. Une liaison ferroviaire directe entre Paris et Roissy est ima-ginée dans le dossier de can-didature picard pour l’accueil d’un troisième aéroport fran-cilien. Les responsables du dossier cherchent-ils alors à amadouer Aéroports de Paris, qui craint que la ges-tion de ce futur aéroport ne lui échappe ? Toujours est-il qu’ADP est séduit par cette idée au moment où Londres construit déjà son Heathrow Express. Dès 2000, le ges-tionnaire constitue un grou-pement d’intérêt économique (GIE) avec la SNCF et RFF pour en étudier la faisabilité. Entre-temps, un autre projet a vu le jour. Porté par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, soutenu par la RATP, Roissy Express serait une autoroute urbaine et souterraine réservée aux taxis et aux bus de la RATP et d’Air France.

image_pdf