Pour faire face à la crise du logement qui sévit en Île-de-France, la loi sur le Grand Paris prévoit la construction de 70 000 logements neufs par an. Un défi de taille en matière de construction, de financement, d’urbanisme, de foncier, mais aussi un défi environnemental et énergétique, puisque la future métropole souhaite s’inscrire dans une démarche de développement durable. D’autant qu’à partir du 1er janvier 2013 tous les bâtiments construits en France devront respecter la nouvelle réglementation thermique RT 2012, inscrite dans la loi Grenelle, qui fixe une limite maximale de consommat ion énergétique. Les logements, les bureaux et les bâtiments tertiaires ne pourront plus consommer plus de 50 kWh par mètre carré et par an. « À titre de comparaison, les bâtiments existants consomment entre 200 et 250 kWh par mètre carré et par an pour les plus anciens », rappelle Stefan Louillat, responsable de pôle Énergie à l’Ademe Île-de-France (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Les constructeurs (promoteurs, architectes, entreprises…) doivent ainsi dès à présent s’adapter à cette nouvelle contrainte. « Il est nécessaire de s’y mettre et que ce que l’on construit aujourd’hui consomme moins, estime Cécile Richard, directrice des Affaires économiques et juridiques à la Fédération française du bâtiment (FFB). Et que les porteurs de projets se montrent encore plus novateurs et voient plus loin car la marche va se durcir encore dans les années à venir. »

image_pdf