zoom sur quatre projets emblématiques

La maire de Paris, Anne Hidalgo, et son adjoint à l’urbanisme, Jean-Louis Missika, ont présenté, au début du mois de février, les 22 lauréats du concours d’architecture « Réinventer Paris ». Voici quatre projets qui ne manquent pas d’audace, au profil très… Grand Paris.

 

« Une révolution urbaine et démocratique. » Anne Hidalgo n’a pas modéré son enthousiasme, le 3 février dernier au pavillon de l’Arsenal, au moment d’annoncer des lauréats de l’opération « Réinventer Paris ». Lancé au mois de novembre 2014, cet appel à projets urbains innovants a pour ambition de dessiner « la métropole du futur »
en repensant des édifices ou des
« terrains qu’on n’aurait pas cru valorisables », selon la maire PS de la capitale. Et d’ajouter : « C’est un signal très fort que donne Paris dans une société gagnée par le doute et le repli […]. Ce travail, cette méthode, je les mets au service du Grand Paris. »

Des friches industrielles, d’anciennes gares, des hôtels particuliers protégés, des terrains nus et même des franchissements du périphérique…, les sites sujets à
« réinvention » sont variés. Ce qui a permis aux équipes – composées d’architectes, de paysagistes, d’artistes, de promoteurs… – de laisser libre cours à leur imagination. Une réussite au vu des centaines de projets candidats et surtout des 22 propositions retenues, qui font la part belle au logement et à l’écologie. Au total, 1.341 logements – dont 675 sociaux – sont programmés. Ainsi que 22.000 m² de surfaces plantées – dont 17.100 m² d’espaces verts hors sol et 4.000 m² en pleine terre. Les 22 sites seront vendus – ou loués – aux équipes lauréates ; l’opération ne coûtera donc rien à la Ville ; au contraire, elle lui rapportera 565 millions d’euros.

« Mille arbres », boulevard Pershing (17e)
Un paquebot recouvert d’une forêt au-dessus du périphérique. Le projet, imaginé par l’architecte japonais Sou Fujimoto, associé au Français Manal Rachdi, s’annonce comme l’un des plus ambitieux du concours. Bâti en surplomb du périph’, sur un terrain de 6.450  m2 actuellement occupé par une gare routière et un parking au niveau du boulevard Pershing, cette structure futuriste reliera la porte Maillot, dans le 17e arrondissement, à Neuilly-sur-Seine (92). En plus des 1.000 arbres plantés sur les 7 étages de l’immeuble, le projet, défini par ses architectes comme un « écosystème naturel habité », accueillera 127 logements (en accession, sociaux ou intermédiaires), des chambres d’hôtes, mais également un hôtel quatre-étoiles, deux immeubles de bureaux pour une superficie totale de 27.589 m², une aire de jeux pour les enfants, deux crèches et une halte-garderie ainsi qu’une gare routière repensée. Pour « connecter Paris à sa banlieue », les architectes ont prévu une « rue gourmande de chefs étoilés »
dessinée par le designer Philippe Starck, dans laquelle les passants retrouveront des tables d’hôtes, des ateliers et une école de cuisine diététique. Porté par Ogic et la Compagnie de Phalsbourg, ce spectaculaire bâtiment à énergie positive, de 550 millions d’euros, doit être inauguré en 2022.

Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

 

 

image_pdf