Il s’est dit « ému et fier ». Hier après-midi, au parc floral de Paris, Stéphane Beaudet, maire (UMP) de Courcouronnes, a remporté la présidence de l’Association des maires d’Ile-de-France, avec 91,08 % des voix face à Sylvie Thomassin, maire (PS) de Bondy (Seine-Saint-Denis). Fair-play, il a proposé à son adversaire le poste de secrétaire générale de l’Amif, qui fédère 1 109 des 1 281 élus à la tête des villes d’Ile-de-France. Stéphane Beaudet a également appris que François Pelletant, maire (Cap 21) de Linas, estimait cette élection « entachée d’un vice d’illégalité car [sa] candidature a été écartée sans raison valable ». « Monsieur Pelletant a été exclu de l’Amif il y a trois ans, répond fermement Stéphane Beaudet. Il n’est donc pas éligible. » Stéphane Beaudet a préféré rappeler les nombreux enjeux à venir pour l’Amif : « le Grand Paris et une meilleure représentation de la Grande Couronne, les transports, la baisse des dotations pour les communes et les collectivités… Nous installons le nouveau bureau le 13 novembre, et après la machine de guerre sera en état de marche. »

image_pdf