Pour la première fois, le rendez-vous annuel des amoureux du 8e art va se tenir en avril et réunir sous une seule bannière près de 90 expositions tant dans la capitale intra-muros que dans sa périphérie. Avec la volonté de faire découvrir des centres d’art, des lieux de culture en banlieue mais aussi d’inciter à l’exploration de territoires en pleine mutation.

Marie-Anne Kleiber

Ce printemps, à Paris, le Mois de la photo de Paris va renaître et, de Mantes-la-Jolie à Clichy-sous-Bois, s’installer dans des recoins inattendus du Grand Paris. En avril, la manifestation culturelle lancée en 1980 par Henry Chapier et Jean-Luc Monterosso, l’actuel directeur de la Maison européenne de la photographie (4e), sortira pour la première fois de son histoire des limites de la capitale. Outre la MEP, les traditionnels sites parisiens, tels que le Jeu de Paume, le centre Pom- pidou, le BAL à La Défense ou la Fondation Cartier, participeront à la biennale comme auparavant. Mais des centres d’art, des théâtres et cinémas situés en banlieue accrocheront leurs wagons à ces locomotives pour offrir un nouveau public à des œuvres signées de grands noms de la photographie, comme Sebastião Salgado, Robert Doisneau, Yan Morvan, mais aussi de jeunes artistes étonnants, détonants…

Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

image_pdf