Depuis trois décennies, la capitale polonaise connaît une mutation spectaculaire. La bonne santé de son économie a engendré une frénésie de construction, de l’émergence d’une skyline encerclant le Palais de la culture et de la science à l’aménagement des quais de la Vistule. Quant à la gouvernance métropolitaine, le gouvernement
conservateur envisage d’incorporer à la ville une trentaine de communes de banlieue. Soit une augmentation de 400 % de sa superficie.
Julien Descalles

 

C’est une ville-phénix qui ne cesse de renaître de ses cendres. « Varsovie connaît bien ces brusques accélérations de l’histoire, ces périodes de frénésie où la ville se reconstruit et se transforme durablement, explicite Marta
Lackowska, professeure à l’université de géographie et des études régionales de Varsovie. Après la Seconde Guerre mondiale, il fallut ainsi rebâtir une capitale détruite à plus de 80.% (1) à la suite de la répression allemande après le soulèvement du ghetto (1943), puis de l’insurrection de la ville (1944). » De même, depuis 1989, après cinquante ans de domination soviétique, la ville connaît un sursaut démocratique, économique et urbanistique exceptionnel. « Un développement actuel impressionnant qui rappelle aussi celui de 1862 et l’arrivée de la liaison ferroviaire avec Saint-Pétersbourg.», complète Matthieu Gillabert, historien à l’université de Fribourg (Suisse) et auteur de Varsovie Métropole. « La ville était alors devenue un trait d’union entre l’Est et l’Ouest, facilitant son développement industriel. La population avait été multipliée par trois en moins de quarante ans », ajoute-t-il.

Quelque vingt-huit années de croissance à plus de 3 % sans la moindre récession, un PIB encore en hausse de 5,2 % au premier trimestre 2018, un taux de chômage à 1,7.%… Depuis 1989 et le coup d’envoi de la transition
démocratique et de la conversion à l’économie de marché, la ville continue d’afficher sa bonne santé économique…

 

Droits photos : © Joseph Melin ( Palais de la culture et de la science à Varsovie)
Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

image_pdf