Les défis post-covid d’une métropole à repenser

LES-DEFIS-POST-COVID-DUNE-METROPOLE-A-REPENSER

Grandes percées, aménagements des squares, parcs et jardins, lutte contre les îlots de précarité… La transformation haussmannienne de Paris doit autant à la quête esthétique et sécuritaire du Second Empire qu’à la doctrine hygiéniste et à la volonté de lutter contre les épidémies, choléra en tête. Qu’en sera-t-il après le passage du Covid-19 ? Le visage de la métropole pourrait-il être durablement remodelé ? Eléments de réponse. 

 

1 – Coup de chaud sur la densité urbaine ?

À la fois par crainte de la contagion et effet du long huis-clos à domicile, la densité urbaine pourrait être l’un des dommages collatéraux de la pandémie. « À Paris intra-muros et ses 20 000 habitants au km2, la crise pourrait bien réinterroger la pertinence de certains projets de densification mais aussi de grande hauteur. Ne seraient-ce que pour des raisons sanitaires en cas d’épidémie ; comment les faire fonctionner sans cages d’ascenseur ou climatisation ? », interroge le géographe Laurent Chalard, également défenseur de la dédensification de certains arrondissements parisiens, 10e et 11e en tête (1) : « Certains îlots donnant sur cours, vétustes, pourraient être détruits et devenir des espaces verts ou des équipements sportifs ou culturels. De même pourrait-on imaginer une politique de regroupement de petits logements en un seul, notamment dans le nord et l’est parisien, pour accueillir les familles qui quittent aujourd’hui la capitale. »

 

Une critique de l’hyperdensité contre laquelle Jean-Louis Missika, l’adjoint d’Anne Hidalgo en charge de l’urbanisme et du Grand Paris, appelle à la prudence : « Réinterroger la promiscuité, l’entassement, les logements sur-occupés [on en compte 434 380 sur 3,15 millions d’unités dans la métropole, logeant 1,8 million de personnes, ndlr], oui. Mais attention, sous prétexte de distanciation physique, à ne pas favoriser l’étalement urbain, l’artificialisation des sols et le triomphe de la voiture. » Pour Fouad Awada, directeur général de l’Institut Paris Région, « sans doute faut-il apprendre à vivre avec le risque épidémique, comme San Francisco avec sa faille, car la pandémie ne saurait faire oublier les vertus de la ville dense, laquelle a d’ailleurs offert une diversité de services – hôpitaux, approvisionnement alimentaire, commerces… – bien utiles durant la crise. » Et d’imaginer que la densification métropolitaine se poursuivre en petite couronne, « là où sont les opportunités pour faire la ville sur la ville, sans nécessairement aller jusqu’à des niveaux parisiens. »

 

La suite de cet article est réservé aux abonnés.

Pour en profiter, abonnez-vous dés maintenant ou connectez-vous.

 

 

Julien Descalles

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


À propos

Grand Paris Développement est le premier titre de presse magazine entièrement consacré au Grand Paris.

Le magazine Grand Paris Développement vous apporte une information objective sur les chantiers du Grand Paris et sur son impact pour les Franciliens.

 


NOUS CONTACTER

APPELEZ-NOUS



Actuellement en kiosque


Partager: