image_pdf

La société immobilière Fiminco frappe fort : aux confins de Romainville (93), sa fondation a réhabilité une ancienne usine pharmaceutique pour y installer Komunuma, pôle artistique géant tourné vers l’aide aux jeunes plasticiens du monde entier. À quelques minutes à pied du « Paddock », tout nouveau village de boutiques et de restaurants.

Sonia Desprez

Il y a peu, c’était encore un no man’s land. Une vaste zone en friche à la frontière de Pantin, Romainville, Bobigny et Noisyle- Sec (93), de part et d’autre de la N3, la nationale qui court depuis la porte de Pantin jusqu’à Meaux (77). Sur la gauche, un hangar, un parking, un terrain vague, puis le canal de l’Ourcq. Sur la droite, un complexe à l’abandon, vestige du patrimoine industriel de la moitié du XXe siècle : les anciens laboratoires pharmaceutiques Roussel-Uclaf, réhabilités depuis cet automne par la fondation Fiminco en pôle culturel. Mi-octobre, alors que la FIAC battait son plein, le Tout-Paris de l’art contemporain s’y est pressé à l’occasion de son inauguration.

Ce véritable village artistique de 11 000 m2, baptisé Komunuma, abritera une résidence de jeunes artistes du monde entier, triés sur le volet, quatre galeries d’art contemporain de renom (Air de Paris, la galerie Sator, la galerie Jocelyn Wolff et la galerie In Situ Fabienne Leclerc), ainsi que l’association Jeune Création, qui soutient depuis 70 ans les jeunes artistes. Autres arrivées prestigieuses : celle, annoncée juste avant la FIAC, du campus de Parsons Paris, extension de l’université new-yorkaise d’art et de design, et celle de la compagnie Blanca Li, la célèbre chorégraphe franco-espagnole. Par ailleurs, les réserves actives du Fonds régional d’art contemporain d’Île-de– France (Frac) rejoindront également ce hub d’art contemporain l’année prochaine, dans un bâtiment actuellement en construction.

Nous avions donc tous intérêtà faire vivre un lieu pour l’artet pour le public.

Joachim Pflieger, directeur généralde la fondation Fiminco.



« Rassembler des forces »

Créée en 2017, la fondation Fiminco s’est fixée pour missions le « soutien à la création contemporaine, l’accès de tous à la culture, au plus près des dynamiques sociales et culturelles du Grand Paris ». Initialement, « nous voulions créer un programme de résidence d’artistes avec un grand lieu d’exposition et des programmes éducatifs, détaille Joachim Pflieger, jeune directeur général de la fondation…

Droits photo : © Axelle Poisson pour la Fondation Fiminco – Ancienne usine réhabilitée en pôle culturel par la Fondation Fiminco
Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement