Multiplication des pistes et continuités cyclables, arrivée du nouveau Vélib’ et des flottes de bicyclettes géolocalisées en libre-service… La petite reine est en pleine expansion dans le Grand Paris, qui a beaucoup de retard à rattraper. Le stationnement reste un frein majeur à lever. Le vélo à assistance électrique suscite de grands espoirs. Décryptage.

Par Julien Descalles

Deux fois plus de déplacements entre 2001 et 2010 à l’échelle de la région, + 13 % encore à Paris entre 2015 et 2016 : si la petite reine est encore loin de régner sur la mobilité parisienne, sa pratique ne cesse de progresser. « C’est un mouvement que l’on retrouve dans toutes les grandes villes des pays développés, du fait de la saturation et des politiques de réduction du trafic automobile en cœur de ville. À Paris, Jacques Chirac l’a amorcé dans les années 1990, avec l’installation des potelets empêchant le stationnement sur le trottoir. Les municipalités suivantes ont accéléré le rythme, au gré des aménagements cyclables restreignant la place de la voiture », explicite Frédéric Héran, économiste et auteur du Retour de la bicyclette (Éditions La Découverte).

Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

Droit photo : © Alain Longeaud – MIEUX

image_pdf