Alors même que la menace d’attentat persiste, le tourisme francilien connaît une nette embellie depuis l’automne 2016. Les campagnes de communication menées pour rassurer les visiteurs chinois ou italiens semblent porter leurs fruits. Décryptage.

Julien Descalles

Quelque 1,5 million de touristes en moins ; une baisse de 4,7 % des arrivées hôtelières ; des chutes de fréquentation oscillant entre 13,3 % au Louvre et 9,5 % à Disneyland ; près de 1,3 milliard d’euros de manque à gagner ; un Euro de football sans impact… Pour le secteur touristique francilien, 2016 restera comme une annus horribilis, plombée par le contexte post-attentat et le net recul des visiteurs étrangers (– 8,8 %). Pourtant, après la tempête, l’heure semble désor- mais à l’embellie. « Depuis Noël, le rebond se confirme, avec notamment le meilleur mois de janvier depuis dix ans [+ 20,1 % d’arrivées hôtelières], sans doute en partie grâce au Championnat du monde de handball et à la Fashion Week ! En mai 2017, les taux d’occupation de l’hôtellerie dans le Grand Paris étaient en augmentation de 10 % par rapport à l’an dernier, revenant à la situation de 2014 », constate Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris chargé du tourisme.

Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement

image_pdf