Paris prépare son Big Bang du stationnement dès le 1er janvier prochain. La Ville a en effet assermenté des centaines d’agents pour rechercher les fraudeurs d’horodateur et réaliser au moins 75 000 contrôles quotidiens sur l’ensemble de la capitale. Embauchés par deux entreprises privées, ces nouveaux agents vont s’appuyer sur des véhicules capables de flasher les plaques d’immatriculation des fraudeurs. La loi MAPTAM, signée en 2014, a permis à la Ville de Paris de récupérer dans ses compétences le contrôle du stationnement payant, ce qui lui permet de fixer le montant des tarifs et des amendes. Ces dernières s’élèvent désormais à 50€, contre 17€ précédemment, un montant minoré si le règlement intervient dans les 96 heures. Le tarif du stationnement, lui, sera de 4 euros par heure dans le centre de Paris (2,4 euros/heure dans les arrondissements périphériques), mais les heures supplémentaires seront majorées : la troisième heure à 8 euros, la quatrième à 10 euros et la sixième à 12 euros. La municipalité veut ainsi faire évoluer le taux de respect : 90% des automobilistes à Paris ne paient pas le parcmètre lors-qu’ils stationnent leur véhicule et la probabilité d’être verbalisé n’est que de 10%. Une opération gagnante pour la Ville qui récupèrera un manque à gagner de 300 millions d’euros par an, dont 10 seront versés chaque année à ses deux prestataires pour leurs frais de fonctionnement.

Crédit photo : © ISTOCKPHOTO – JaysonPhotography

 

image_pdf