image_pdf

La préfecture des Yvelines mène une profonde requalification du q uartier de la gare des Chantiers, la plus importante d’Île-de-France en dehors de Paris. Un nouveau morceau de ville qui se veut au diapason des évolutions récentes : mise en valeur du patrimoine industriel, agriculture urbaine et impératif de mixité au sein des villes.

Louis Delafon

Les urbanistes se plaisent à dire que Versailles est une ville nouvelle. Née à la fin du XVIIe siècle d’un plan rectiligne aux alignements rigoureux, la cité royale fait figure de pionnière des villes classiques, d’une richesse patrimoniale exceptionnelle, bien plus mixte et diverse que les clichés qu’elle renvoie. La préfecture des Yvelines – anciennement Seine-et-Oise – a acquis au sud de la commune de nouveaux terrains au XIXe siècle, période qui a vu l’arrivée de trois gares et le développement de matériaux nouveaux, tels que la brique et la pierre meulière. Conçue dès l’origine comme une ville mariant urbain et nature, la cité royale de 80 000 habitants se veut à la pointe de la prise de conscience des enjeux environnementaux contemporains. En particulier pour la requalification du quartier des Chantiers, qui a la réputation d’être le moins noble de la ville.

Un nouveau morceau de ville

Implanter de l’architecture moderne à Versailles, n’est-ce pas là un sacrilège ? « Il faut avoir de l’ambition, y compris en termes de qualité, rétorque le maire François de Mazières (DVD), ancien président de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Les architectes et paysagistes qui interviennent ici sont des talents reconnus, qui nous assurent la réussite des projets, » insiste l’édile, qui vante le caractère historiquement innovant de la démarche. L’opération prévoit de construire un nouveau morceau de ville autour de la gare des Chantiers, plus grande gare d’Île-de-France hors Paris avec 25 millions de voyageurs par an. Fidèle au principe de mixité qui fait loi dans l’urbanisme moderne, le programme mêle logements, bureaux et espaces verts. Question mobilité, la municipalité a établi un pôle d’échanges multimodal accueillant les nouvelles installations de la gare ferroviaire et une gare routière où circuleront 1 700 bus chaque jour. Les arrêts ont été pensés comme des quais. Un parking public équipé d’une station de vélos ainsi que des pistes cyclables ont également été prévus.

Un premier bâtiment de bureaux de 22.000 m2, réalisé par Christian de Portzamparc, est actuellement occupé par la CAF et Unibail. Flexible, l’immeuble est pensé pour s’adapter aux nouveaux usages de travail. Un jardin central sert par ailleurs d’élément de vie pour ses usagers. L’immeuble répond à un deuxième bâtiment de 21 000 m2, conçu par Élizabeth de Portzamparc, comprenant 400 logements à caractère sociaux et en accession libre. Il faut compter 7 500 euros du mètre carré pour cette dernière catégorie. Là aussi, un jardin central sert de lieu de rencontre…

Droits photo : © DR – Nouveau siège social de Nature & Découvertes dans l’ancienne halle ferroviaire de la gare des Chantiers
Retrouvez la suite de l’article dans le dernier numéro du Magazine Grand Paris, disponible en kiosque ou par abonnement