Le biométhane à pleins gaz

L’Île-de-France mise beaucoup sur cette énergie renouvelable produite à partir des déchets ménagers ou agricoles. Le biométhane alimente le réseau de gaz naturel, génère un engrais non chimique, sert de carburant pour camions, bus et autres bennes à ordure roulant au GNV. Il permet aussi de rapprocher petite et grande couronnes dans une complémentarité bienvenue.

 

Les unités de méthanisation – fermes ou usines – ont le vent en poupe en Île-de-France. Au nombre de 23 actuellement, une quarantaine est attendue à la fin de l’année, avec un objectif de 240 d’ici 2030. Produit à partir des déchets des animaux du zoo de Thoiry (Yvelines), des eaux usées de la station d’épuration de Bonneuil-en-France (Val-d’Oise), des ordures ménagères à Varennes-Jarcy (Essonne) et, en majorité, des déchets agricoles des grandes exploitations de Seine-et-Marne, le biogaz a vocation à se substituer au gaz naturel dans les réseaux de chaleur et d’électricité.

La suite de cet article est réservé aux abonnés.

Pour en profiter, abonnez-vous dés maintenant ou connectez-vous.

 

J.D.

Partager:

À propos

Grand Paris Développement est le premier titre de presse magazine entièrement consacré au Grand Paris.

Le magazine Grand Paris Développement vous apporte une information objective sur les chantiers du Grand Paris et sur son impact pour les Franciliens.

 


NOUS CONTACTER

APPELEZ-NOUS



Actuellement en kiosque


Partager: